Des volontaires pour CrisisCommons et/ou OpenStreetMap ?

Le contexte

CrisisCommons est un mouvement d’internautes bénévoles qui a pour vocation d’aider les ONG humanitaires à tirer le meilleur parti possible des communautés de volontaires technophiles sur Internet pour participer à la gestion des catastrophes (tsunami, tremblement de terre).

OpenStreetMap est une communauté de cartographes amateurs et un système d’information géographique libre (données libres) dont l’un des champs d’application est la gestion des crises humanitaires.

Je désire mettre des informaticiens en intercontrat au service de ces deux communautés dont le travail est non seulement innovant mais absolument remarquable. L’enjeu, ici, est de sauver des vies grâce à des bénévoles, de la techno et des données libres !

Depuis quelques semaines, j’essaie donc de cadrer ma mobilisation de volontaires, à l’aide des contributeurs français de ces communautés. Et notamment, avec les suggestions de :

  • Claire Ulrich, représentante de Global Voices et d’Ushaïdi en France et contributrice CrisisCommons de renom,
  • Ratzillas, contributeur de premier plan de la communauté OpenStreetMap en France et représentant de la branche “données libres” de l’association OSGéo-FR, et fort contributeur de CrisisCommons en France,
  • Sarah Aizenman, coordinatrice et représentante de l’association Fondation Casques Rouges
  • et de toute personne qui postera un commentaire plus bas ;)

Pour fonctionnert

Pour pouvoir mobiliser des volontaires en entreprise, voici la liste des ingrédients qui seraient requis :

  1. un organisme d’intérêt général (au sens de l’article 238 bis du code général des impôts) pour valider institutionnellement le projet et, fiscalement, les dons : la Fondation Casques Rouges ? l”association OSGéo-FR ?
  2. des sources de tâches humanitaires à réaliser, en recherche de volontaires ; on les a, sous la forme du wiki Crisis Commons et de la communauté OSM (notamment la Humanitarian Openstreetmap Team)
  3. un comité des sages qui, seul, a le pouvoir de décider, parmi ces tâches, lesquelles doivent être confiées à des volontaires et lesquelles doivent être ignorées, sur la base de leur véritable utilité humanitaire (espoir d’impact social positif) et d’une charte publique à définir (style Croix-Rouge : neutralité, etc.). Ce comité est investi de son pouvoir par l’organisme d’intérêt général. Ce comité pourrait être constitué de… Claire, Gaël, Sarah ! (par exemple)
  4. un staff maîtrise d’ouvrage = du temps homme, pour coordonner au quotidien, de manière opérationnelle, les volontaires. Peut-être que ce temps (et donc ce pilotage au quotidien) pourrait être assuré par la Fondation Casques Rouges, qui me semble être la seule à disposer de temps.homme salarié destiné à ce type de réalisation ?
  5. un système d’information pour gérer les volontaires et la répartition des tâches = wecena.com, je l’ai fait pour ça
  6. un représentant du projet auprès des sociétés mécènes (pour gérer les relations au quotidien et en chercher d’autres) = moi, c’est mon job
  7. du temps.homme de conseil pour mettre en place, rôder et assister la maîtrise d’ouvrage, équiper et outiller les volontaires et professionaliser le support opérationnel aux volontaires (= tutoriels pour réaliser les tâches, etc.) = moi, c’est l’essentiel de mon job
  8. des volontaires et des sous pour que je puisse faire mon job = les SSII mécènes

Cette réflexion s’est entamée il y a quelques semaines et se poursuivra cet après-midi à l’occasion du 2ème Crisis Camp Paris, de 16H à 21H à La Cantine.

Comments are closed.