Archive for December, 2008

EuroGIKI: l’agence du don en nature

Wednesday, December 31st, 2008

Le mécénat “en nature” consiste à offrir à une organisation d’intérêt général non pas de l’argent mais des produits ou des services. Plus précisément, on peut distinguer les dons de prestations de service (également appelés “mécénat de compétences”), les dons de produits alimentaires (banques alimentaires pour les associations du type Restos du coeur) et les dons de produits non alimentaires. Bien souvent, les produits donnés sont des invendus (pas périmés pour autant !) qui, autrement, seraient destinés à être détruits. Le mécénat en nature permet donc non seulement d’aider une bonne cause mais aussi d’éviter le gaspillage. Pour le don de produits, cela permet de diminuer (un peu) son empreinte écologique.

Les échos publient une courte “éloge du mécénat produit” qui rappelle ces faits et mentionne une association qui vient d’être créée pour aider les entreprises à gérer la logistique des dons de produits à des organismes d’intérêt général. Il s’agit d’Euro GIKI, “l’agence du don en nature”, le représentant européen d’une association américaine : Gifts In Kind International.

EuroGIKI est soutenu par des grandes entreprises telles que Carrefour et par une personnalité du monde des affaires. On trouve plus d’infos sur les projets d’EuroGiki via sa collaboration avec des étudiants d’un mastère de sciences-po.

Coincidence amusante (mais ça peut n’amuser que moi) : je regrettais justement, il y a quelques jours via le blog de la fondation BNP Paribas :

Peut-être que ce qui manque le plus aux entreprises, c’est de pouvoir s’appuyer sur des réseaux de distribution qui pourraient les aider à “recycler” certains de leurs actifs auprès d’organismes d’intérêt général dans le besoin.

Peut-être est-ce le Père Noël qui m’a entendu ?

Des informaticiens gratuits pour votre projet : pouvez-vous en bénéficier ?

Wednesday, December 31st, 2008

Je viens de publier un questionnaire d’auto-diagnostic pour aider les porteurs de projets informatiques d’intérêt général à déterminer si, oui ou non, ils peuvent bénéficier de l’aide gratuite d’informaticiens sur leur temps de travail, grâce au wecena.

Le wecena est une formule innovante de mécénat des SSII et sociétés de conseil qui consiste à mettre les intercontrats de ces sociétés au service de projets informatiques d’intérêt général, portés notamment par le monde associatif.

J’avais rédigé un appel à projets. Il reste toujours valable et je vous recommande d’y jeter un oeil si vous avez un projet informatique solidaire, scientifique, éducatif, culturel et si vous manquez de main d’oeuvre… Le questionnaire d’auto-diagnostic devrait vous aider à vérifier point par point si votre projet rempli toutes les conditions requises pour pouvoir bénéficier du wecena.

SSII: scénario de crise vs. développement durable

Thursday, December 18th, 2008

NB: ce message a un caractère promotionnel, il n’y pas de doute.

La question n’est plus de savoir si les SSII souffriront aussi de la crise mais de savoir si ce sera pour 2009 ou pour 2010. Le scénario catastrophe qui se dessine donc lorsqu’on suit la presse spécialisée est le suivant.

Faisons-nous peur, le scénario catastrophe pour le secteur des services

Actuellement, les SSII recrutent avec prudence : uniquement lorsqu’elles ont déjà un contrat client signé et donc un besoin sûr de personnel. La crise touchant les secteurs financiers puis de l’automobile et, par contagion, toute l’économie ou presque, les affaires se font plus rares qu’à l’habitude. Par conséquent, les taux d’intercontrat augmentent. Et, pour maintenir ces taux au plus bas malgré tout, les prix sont à la baisse. Dès maintenant, et comme dans les autres secteurs, les SSII se sont mises sur la défensive. Ces mesures suffiront un temps.

Fin 2009 ou courant 2010, imaginons que les SSII seront “au taquet” : elles auront fait le maximum pour limiter la casse. Malheureusement pour le secteur, certaines entreprises du secteur ont terni l’image de la profession par des comportements souvent qualifiés de “vendeurs de viande” : on embauche de la compétence “au kilo” et non des femmes et des hommes puis on met une pression abusive sur les ingénieurs en intercontrat pour qu’ils démissionnent lorsque l’entreprise va mal. Et lorsque les SSII seront vraiment au plus mal, ces situations d’abus se multiplieront chez les “vendeurs de viande”. Même les sociétés les plus responsables risquent d’être tentées par la facilité. Et l’image du secteur, déjà pas vraiment folichonne chez les jeunes diplômés, en prendra encore un coup ! Si bien que lorsque les beaux jours reviendront (2011 ?), les SSII seront bien en mal de faire face au rebond de la demande. Les jeunes diplômés, encore moins qu’auparavant, ne voudront pas s’y faire embaucher.

Que faire ?

A mon avis, celles qui s’en sortiront seront les SSII responsables, celles qui auront su se distinguer au mieux du lot des vendeurs de viande, celles qui auront su mériter non seulement la confiance de leurs clients mais aussi la confiance de leurs salariés et de leurs futures recrues. Une gestion prudente (pas d’embauche inconsidérée) et une commercialisation aggressive ne suffiront pas : les vendeurs de viande aussi peuvent le faire. Seules les SSII au comportement responsable et engagé dans une solidarité de crise sauront bâtir une réputation de fournisseur et d’employeur de confiance. Cette dimension d’engagement, c’est ce qu’on appelle la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE), la déclinaison “entreprise” du développement durable.

Le problème avec la RSE, c’est ce que ça reste trop souvent de l’ordre du discours joli, des voeux pieux, de quelque chose d’un peu vague, aux contours mal cernés, ou bien encore d’effets de manches et d’image franchement déconnectés de la vie de l’entreprise. Au final, la RSE est vue comme quelque chose qui coûte cher losque l’on passe du discours aux actes, sans certitude du résultat sur la réputation de l’entreprise ni sur l’utilité sociale ou environnementale de ses engagements.

Dans les métiers du services informatique, la RSE devient encore plus compliquée et difficile à cerner : quels actes tangibles vont permettre d’exercer sa RSE et de mériter la confiance des marchés ? La tendance “Green IT” (informatique moins énergivore et moins polluante) concerne avant tout les grands centres de données, les éditeurs et les équipementiers. Que peut-on faire de réellement bien pour la planète lorsque l’on est dans l’économie de la matière grise plutôt que dans celle du silicone ? Inciter ses collaborateurs à moins imprimer ses mails ne mène pas très loin : au mieux quelques économies de consommation d’eau car l’industrie du papier consomme trop d’eau à ce qu’il paraît… Encourager ses salariés à faire du bénévolat, sur leur temps libre, c’est très bien mais, franchement, ça n’est pas très engageant pour l’entreprise ! Offrir à tous ses salariés une journée dans l’année à consacrer à une grande cause, sur leur temps de travail ? C’est très sympathique, mais l’utilité sociale (l’impact social disent certains) reste limité et, malgré tout, ça fait quand-même une journée de manque à gagner !

Depuis quelques années, le mécénat est pourtant bien la voie royale qui se dégage pour les entreprises en quête d’une meilleure RSE. (Vous voyez où je veux en venir depuis le début : je suis prestataire en mécénat informatique…). Et oui, le mécénat, c’est un engagement concret d’une entreprise auprès d’une grande cause. Une étude de Stanford auprès de 750 diplômés de MBAs conclut que ceux-ci sont prêts à sacrifier plus de 10% de leur salaire pour rejoindre une entreprise ayant une meilleure réputation en matière d’engagement citoyen, social et environnemental. Plus les jeunes diplômés sont qualifiés (écoles du groupe A par exemple), plus ils sont sensibles aux preuves concrètes que leur employeur peut leur présenter en matière de RSE. Et plus leur salaire est élevé plus ils sont, bien entendu, prêts à rogner un peu dessus, au profit d’un employeur plus généreux envers les autres, du moment que ce mécénat d’entreprise est réel, tangible, concret, loin des beaux rapports annuels et des effets de manche.

Oui mais… faire des dons à des associations humanitaires, ça coûte cher ! Et quand c’est la crise, on a plutôt envie de consacrer son argent à préserver un emploi plutôt qu’à envoyer des dons (et des emplois, aussi) à l’autre bout du monde. D’un autre côté, c’est aussi en période de crise que les associations de solidarité et de lutte contre la pauvreté, à l’étranger comme en France, ont le plus besoin de la solidarité des entreprises. Cruels dilemmes, non ?

Ma proposition : le wecena

C’est là que j’ai ma sauce à proposer : le wecena. En effet, je suis persuadé que les SSII dorment sur une mine d’or en matière de RSE : leurs intercontrats. Chaque jour, 10.000 à 20.000 consultants et ingénieurs sont en situation d’intercontrat en France. Mettons-les au service de l’intérêt général le temps de leur retrouver une mission !

En intercontrat, on doute, on stresse, on a envie de partir chez le concurrent pour voir si l’herbe est plus verte mais, crise oblige, on a peur de partir. Alors on reste, on se morfond et on a envie de râler contre cet employeur qui ne nous propose pas de mission à la hauteur de nos compétences. Alors on reste, on passe le temps en s’autoformant comme on peut, on cherche à se rendre utile dans la boîte ou bien à échapper à son commercial, c’est selon… C’est pas bon pour le moral en tout cas. Et pas bon non plus pour le portefeuille de l’actionnaire que d’avoir des salariés qui ne créent pas de la valeur.

Et si ces intercontrats pouvaient permettre à la SSII de mieux mériter confiance ? d’exercer sa RSE de manière exemplaire ? de rompre définitivement avec les “vendeurs de viande” qui sévissent encore sur le marché ?

Et si ces intercontrats pouvaient s’engager concrètement, grâce à leurs compétences professionnelles et à leur créativité technologique, au côté de ceux qui luttent contre la pauvreté, pour protéger l’enfance en difficulté, pour rendre l’éducation et le savoir accessible à tous, pour faire progresser les sciences… ? Et si il existait un moyen de faire en sorte que ces intercontrats mis au service des autres le soient “sans durée d’engagement”, en restant disponibles à 100% pour une nouvelle mission commerciale et donc sans interférer avec le business et sans générer aucun manque à gagner ?

L’intérêt de mon offre de wecena, pour les SSII en crise, c’est d’exploiter au mieux leur capital humain en le mettant au service des Autres sans que cela ne lui coûte un seul euro et sans interférance avec les affaires. L’intérêt pour les SSII, c’est aussi d’exercer sa responsabilité et sa citoyenneté d’entreprise même lorsque l’économie est au plus mal, de  montrer que l’on reste présent aux côtés de ceux qui souffrent lorsque, soit-même, on n’est pas forcément au mieux de sa forme. C’est aussi une manière de goûter au mécénat à moindre coût et de se découvrir une âme (et une stratégie bien pensée) de philanthrope. C’est marier le coeur et la raison.

L’intérêt de ma proposition, pour l’ingénieur en intercontrat, c’est de se rendre utile auprès de clients d’un genre nouveau : les entrepreneurs sociaux et les acteurs de la solidarité. C’est de découvrir qu’à travers son métier, on peut donner un véritable coup de pouce, sur le terrain, à des causes qui le méritent. C’est goûter à l’engagement associatif et peut-être, un jour, devenir bénévole. C’est aussi de se rendre compte qu’avec ses collègues, on peut partager quelque chose de différent, de solidaire et d’utile, loin des considérations commerciales habituelles. Peut-être est-ce aussi apprendre à porter un regard nouveau sur son employeur ?

Conclusion, pour les SSII, c’est aussi la crise et c’est une bonne raison pour devenir mécènes, non ?

Je vous invite à modérer mon enthousiasme en réagissant via un commentaire ci-dessous, et à participer au wecena à votre niveau.

Que pensez-vous du wecena ?

Thursday, December 4th, 2008

J’ai mis sur le site du wecena un mini-sondage que je vous invite à compléter. Cela vous permettra de découvrir ce qu’est le wecena (le mécénat de compétences des SSII, pour ceux qui ne savent pas encore), de dire ce que vous en pensez et, surtout, de m’aider à faire connaîter le wecena auprès de vos collègues et amis informaticiens. A vot’ bon coeur M’Sieur Dame, cliquez ici s’il vous plaît.