Archive for March, 2005

An open source foundation for Fortune 500 companies

Thursday, March 31st, 2005

Another un-used business idea to recycle… please follow me :

  • Fortune 500 companies produce a lot of in-house developments, reinventing the wheel again and again, especially in the field of non-critical, non-business applications : reporting applications, technical asset management, collaborative tools, IT security, identity management, content management… Each of them is sitting on a consequent catalog of custom-made “commodity” applications that they develop and maintain on their own.
  • Most of these non-critical-non-business-in-house developments have a limited value but a high cost for businesses.
  • The main priority of corporate IT departments is to reduce their costs ; most of them rely on outsourcing applicative developments to some extent.
  • Open source is now somewhat trendy even among Fortune 500 corporations ; it is reaching a high level of visibility and acceptability.
  • The open source model proposes an optimization of the costs sketched above by sharing them among several users of commodity applications, i.e. by open sourcing them.
  • The “open sourcing” of custom-made applications by Fortune 500 companies would be an alternative to the classical outsourcing of these development and maintenance costs.
  • The offshore outsourcing of corporate development is seen as a threat on jobs for IT programmers in northern countries ; but the open sourcing of this software could be seen as more acceptable.
  • These IT departments are currently converging to common technological frameworks : .Net, J2EE, open source scripting ; that movement enhances their capability to absorb “foreign” developments ; and the standardization of their architectures tends to enhance the re-usability of their in-house developments.
  • Open source foundations are legal entities designed to own the intellectual property of open source applications, to guarantee that the open source licence they are distributed under will be enforced, to promote these applications so that their communities are thriving and the applications make gains in terms of reliability, quality and sustainability.
  • The distribution of software under open source licences is said to represent the highest value transfer ever from rich countries to developping countries.
  • The open sourcing of these Fortune 500 applications would be a positive change both for big corporations themselves and for smaller companies especially in third world countries.
  • Social entrepreneurship is becoming a hot topic today even in mainstream media ; this initiative might qualify as a social entrepreneurship initiative ; the public usefulness of such a move might justify the legal creation of a foundation in France.
  • Recently, in France, foundations have gained in acceptance by big businesses since a new tax law offers higher opportunities for tax reductions.
  • I still work as an IT manager in the global IT department for a Fortune 100 company in France ; our CIO would see such an open source foundation as a positive initiative but, as a cautious manager, he is dubious regarding the willingness of other CIOs of Fortune 500 companies (in France) to share their custom codes under an open source licence.

You work in/for a big corporation willing to reality-check this idea ? What do you think ?

Recycling un-used business ideas

Thursday, March 31st, 2005

As a former entrepreneur and a compulsive innovator, too many ideas of new businesses tend to leak out of my mind. Most of them are very so-so and I will not implement them. But it would be stupid not to recycle them in my process of open-sourcing my quest for networked intelligence. In simpler words : let’s share with you some more or less stupid business ideas. They will come into my usual wishlist. Your comments will be very much appreciated. Let’s start with an idea on … recycling laptops into digital frames.

If you read Slashdot, you will be familiar with this kind of digital frame. The idea is that many do-it-yourself guys can turn old laptops into digital frames displaying holiday pictures as slideshows in the living room. Let’s consider the facts :

  • laptops are expensive to recycle and a dangerous waste for the environment ; users companies and retailers (or cities) pay for getting rid of them
  • DIY guys can turn them into digital frames
  • I’d like to have such a digital frame equipped with a wifi connexion in order to display the pictures freshly taken from my digital camera
  • the digital frame might be the ideal companion for digital cameras (more than printers ?)
  • this business idea has already been implemented but I imagine this is a quite a small niche market.
  • In France, the Envie company “recycles” jobless people into experts in recycling electronic equipment.

Why not implement this business in Europe with a lower cost solution : either offshore or locally within the social economy sector ?

Neutre à positif pour Ecartype ?

Thursday, March 31st, 2005

Ecartype est une forme originale de carnet web : il s’agit d’un carnet de conseils boursiers. A ajouter à la longue liste des usages innovants des carnets Web. Je suis neutre à positif sur Ecartype tant qu’ils s’inscrivent dans leur triangle haussier en matière d’usages innovants. Et, tant que j’y suis à découvrir un vocable abscons : attention au pull back au niveau de la ligne de cou, ça peut donner le torticolis. A quand un ecartype qui donnent des conseils boursiers au sujet du marché des communautés open source (“je suis neutre à positif sur Drupal”, “Plone s’inscrit dans un long triangle haussier”, etc.) ?

SOA, tu m’auras pas !

Tuesday, March 29th, 2005

C’est pas moi qui l’ai dit :
SOA : nouvel acronyme, vieux problème.

The CMS pseudo-stock market

Wednesday, March 23rd, 2005

The Drupal people produced insightful stock-market-like statistics about the popularity of open source CMS packages (via the precious Amphi-Gouri). But their analysis mixes content management systems (Drupal, Plone) with blog engines (WordPress) and bulletin boards (phpBB). Anyway, it shows that :

  • The popularity of most Free and Open Source CMS tools is in an upward trend.
  • Bulletin boards like phpBB is the most popular category, maybe the most mature and phpBB is the strong leader in this category
  • In the CMS category, Mambo, Xoops, Drupal and Plone are direct competitors ; Mambo is ahead in terms of popularity, Plone is behind its PHP competitors which certainly benefit from the popularity of PHP compared to Python; PHP-Nuke and PostNuke are quickly loosing some ground.
  • WordPress is the most dynamic open source blog engine in terms of growth of popularity ; its community is exploding

My conclusion :

  • if you want an open source bulletin board/community forum, then choose phpBB with no hesitation
  • if you want a real content management system and are not religiously opposed to Python, then choose Plone, else stick with PHP and go Mambo (or Xoops ?)
  • if you want an open source blog engine, then enjoy WordPress

If feel like producing this kind of statistical analysis about the dynamics of open source communities is extremely valuable for organization and people considering several open source options (cf. the activity percentile indicated on sourceforge projets as an example). I would tend to say that the strength of an open source community, measured in term of growth and size, is the one most important criteria to rely on when choosing an open source product.

Nowadays, the (real) stock market relies strongly on rating agencies. There must be a room (and thus a business opportunity) for an open source rating agency that would produce strong evidences about the relative strength of project communities.

What do you think ?

Innovation : du client vers la R&D

Tuesday, March 15th, 2005

Lorsque Dave Pollard ne nous invite pas à l’aider à sauver le monde, il chronique sur le thème de l’innovation. L’un de ses credos, très tendance, mais à forte teneur en pertinence il me semble, est que l’innovation n’est pas l’apanage des laboratoires de R&D. L’innovation résulte de la confrontation avec des clients imaginatifs, en amont de la conception produit. Bien sûr, les labos R&D objectent : “Les clients ne sont pas des experts et donc ne savent ce qu’ils veulent à moins qu’on ne leur montre quelque chose. Si vous leur demandez ce qu’ils veulent, ils vous répondent simplement : qu’avez-vous à offrir ?”. Ce à quoi Dave Pollard leur répond :

[...] Vous ne devriez pas demander aux gens quel [produit] ils veulent parce que ce n’est pas un produit qu’ils cherchent [mais plutôt] les attributs et bénéfices que le produit a à offrir : confort, [...] prestige, [sécurité, ...]. [...] [De plus,] vous avez besoin d’un processus itératif pour appréhender ce dont les gens ont besoin, veulent ou utiliseraient [...] Ce processus suppose une combinaison d’exercice d’imagination, de questionnements du type “et si ?” et d’une manière générale cela suppose d’aider les clients à imaginer la situation future de leurs propres organisations et besoins et la manière dont ils réagiraient si quelque chose de nouveau devenait tout à coup disponible. Si vous demandez aux gens “que voudriez voir sur l’intranet de l’entreprise”, vous obtiendrez probablement des réponses sans intérêt (ou pas de réponse) [...]. Par contre, vous pourrez obtenir des résultats si vous les aidez à se figurer comment sera le futur de leur métier, si vous travaillez ensuite sur cette vision en posant un ensemble itératif de “et si ?” pour déterminer les types de [produit] qu’ils pourraient utiliser avec efficacité dans cet environnement et si vous travaillez avec eux en étroite collaboration pour concevoir ce produit.

Dave Pollard partage également son expérience de missions de conseil en innovation sous la forme d’autres découvertes et conseils :

  • se focaliser sur la technologie et négliger la dimension émotionnelle des produits conduit à l’échec commercial
  • les meilleurs produits sont conçus lorsque les employés sont eux-mêmes des utilisateurs du produit
  • la “recherche anthropologique” (rendre visite aux clients pour voir comment ils utilisent – ou détournent – les produits) peut considérablement éclairer les besoins et les possibilités d’innovation
  • pour entrer dans de nouveaux marchés, il est utile de disposer de partenaires locaux “de terrain” pour adapter les produits aux besoins spécifiques à ce marché
  • les équipes pluri-disciplinaires et transverses et le fait de “faire sortir plus souvent” les équipes de R&D permet de réduire l’aveuglement au client
  • le fait de répartir ses efforts de R&D à travers le monde permet aux multinationales d’améliorer leur capacité de veille et de saisir des idées et des adaptations qui ne sont pas forcément évidentes pour le siège
  • les questionnaires qui collectent des données sur le comportement du client ne sont pas suffisants ; il est plus important de savoir pourquoi les clients se comportent ainsi pour déterminer leurs véritables besoins et demandes et cela suppose généralement des contacts en face à face et un travail en étroite collaboration
  • lorsque l’on développe un produit, il est important de comprendre chez les clients leur résistance au changement et à une trop grande multiplicité des choix possibles
  • les qualités clefs de ceux qui facilitent le dialogue entre la R&D, la vente et les clients sont l’humilité et la curiosité

Web scraping with Python (part II)

Friday, March 11th, 2005

The first part of this article dealt with retrieving HTML pages from the web with the help of a mechanize-propelled web crawler. Now your HTML pieces are safely saved locally on your hard drive and you want to extract structured data from them. This is part 2, HTML parsing with Python. For this task, I adopted a slightly more imaginative approach than for my crawling hacks. I designed a data extraction technology based on HTML templates. Maybe this could be called “reverse-templating” (or something like template-based reverse-web-engineering).

You may be used with HTML templates for producing HTML pages. An HTML template plus structured data can be transformed into a set of HTML pages with the help of a proper templating engine. One famous technology for HTML templating is called Zope Page Templates (because this kind of templates is used within the Zope application server). ZPTs use a special set of additional HTML tags and attributes referred to by the “tal:” namespace. One advantage of ZPT (over competing technologies) is that ZPT are nicely rendered in WYSIWYG HTML editors. Thus web designers produce HTML mockups of the screens to be generated by the application. Web developpers insert tal: attributes into these HTML mockups so that the templating engine will know which parts of the HTML template have to be replaced by which pieces of data (usually pumped from a database). As an example, web designers will say <title>Camcorder XYZ</title> then web developpers will modify this into <title tal:content=”camcorder_name”>Camcorder XYZ</title> and the templating engine will further produce a <title>Camcorder Canon MV6iMC</title> when it processes the “MV6iMC” record in your database (it replaces the content of the title element with the value of the camcorder_name variable as it is retrieved from the current database record). This technology is used to merge structured data with HTML templates in order to produce Web pages.

I took inspiration from this technology to design parsing templates. The idea here is to reverse the use of HTML templates. In the parsing context, HTML templates are still produced by web developpers but the templating engine is replaced by a parsing engine (known as web_parser.py, see below for the code of this engine). This engine takes HTML pages (the ones you previously crawled and retrieved) plus ZPT-like HTML templates as input. It then outputs structured data. First your crawler saved <title>Camcorder Canon MV6iMC</title>. Then you wrote <title tal:content=”camcorder_name”>Camcorder XYZ</title> into a template file. Eventually the engine will output camcorder_name = “Camcorder Canon MV6iMC”.

In order to trigger the engine, you just have to write a small launch script that defines several setup variables such as :

  • the URL of your template file,
  • the list of URLs of the HTML files to be parsed,
  • whether you would like or not to pre-process these files with an HTML tidying library (this is useful when the engine complains about badly formed HTML),
  • an arbitrary keyword defining the domain of your parsing operation (may be the name of the web site your HTML files come from),
  • the charset these HTML files are made with (no automatic detection at the moment, sorry…)
  • the output format (csv-like file or semantic web document)
  • an optional separator character or string if ever you chose the csv-like output format

The easiest way to go is to copy and modify my example launch script (parser_dvspot.py) included in the ZIP distribution of this web_parser.

Let’s summarize the main steps to go through :

  1. install utidylib into your python installation
  2. copy and save my modified version of BeautifulSoup into your python libraries directory (usually …/Lib/site-packages)
  3. copy and save my engine (web_parser.py) into your local directory or into you python libraries directory
  4. choose a set of HTML files on your hard drive or directly on a web site,
  5. save one of these files as your template,
  6. edit this template file and insert the required pseudotal attributes (see below for pseudotal instructions, and see the example dvspot template template_dvspot.zpt),
  7. copy and edit my example launch script so that you define the proper setup variables in it (the example parser_dvspot.py contains more detailed instructions than above), save it as my_script.py
  8. launch your script with a python my_script.py > output_file.cowl (or python my_script.py > output_file.cowl)
  9. enjoy yourself and your fresh output_file.owl or output_file.csv (import it within Excel)
  10. give me some feedback about your reverse-templating experience (preferably as a comment on this blog)

This is just my first attempt at building such an engine and I don’t want to make confusion between real (and mature) tal attributes and my pseudo-tal instructions. So I adopted pseudotal as my main namespace. In some future, when the specification of these reverse-templating instructions are somewhat more stabilized (and if ever the “tal” guys agree), I might adopt tal as the namespace. Please also note that the engine is somewhat badly written : the code and internal is rather clumsy. There is much room for future improvement and refactoring.

The current version of this reverse-templating engine now supports the following template attributes/instructions (see source code for further updates and documentation) :

  • pseudotal:content gives the name of the variable that will contain the content of the current HTML element
  • pseudotal:replace gives the name of the variable that will contain the entire current HTML element
  • (NOT SUPPORTED YET) pseudotal:attrs gives the name of the variable that will contain the (specified?) attribute(s ?) of the current HTML element
  • pseudotal:condition is a list of arguments ; gives the condition(s) that has(ve) to be verified so that the parser is sure that current HTML element is the one looked after. This condition is constructed as a list after BeautifulSoup fetch arguments : a python dictionary giving detailed conditions on the HTML attributes of the current HTML element, some content to be found in the current HTML element, the scope of research for the current HTML element (recursive search or not)
  • pseudotal:from_anchor gives the name of the pseudotal:anchor that is used in order to build the relative path that leads to the current HTML element ; when no from_anchor is specified, the path used to position the current HTML element is calculted from the root of the HTML file
  • pseudotal:anchor specifies a name for the current HTML element ; this element can be used by a pseudotal:from_anchor tag as the starting point for building the path to the element specified by pseudotal:from_anchor ; usually used in conjunction with a pseudotal:condition ; the default anchor is the root of the HTML file.
  • pseudotal:option describes some optional behavior of the HTML parser ; is a list of constants ; contains NOTMANDATORY if the parser should not raise an error when the current element is not found (it does as default) ; contains FULL_CONTENT when data looked after is the whole content of the current HTML element (default is the last part of the content of the current HTML element, i.e. either the last HTML tags or the last string included in the current element)
  • pseudotal:is_id_part a special ‘id’ variable is automatically built for every parsed resource ; this id variable is made of several parts that are concatenated ; this pseudotal:is_id_part gives the index the current variable will be used at for building the id of the current resource ; usually used in conjunction with pseudotal:content, pseudotal:replace or pseudotal:attrs
  • (NOT SUPPORTED YET) pseudotal:repeat specifies the scope of the HTML tree that describes ONE resource (useful when several resources are described in one given HTML file such as in a list of items) ; the value of this tag gives the name of a class that will instantiate the parsed resource scope plus the name of a list containing all the parsed resource

The current version of the engine can output structured data either as a CSV-like output (tab-delimited for example) or as an RDF/OWL document (of Semantic-Web fame). Both formats can easily be imported and further processed with Excel. The RDF/OWL format gives you the ability to process it with all the powerful tools that are emerging along the Semantic Web effort. If you feel adventurous, you may thus import your RDF/OWL file into Stanford’s Protege semantic modeling tool (or into Eclipse with its SWEDE plugin) and further process your data with the help of a SWRL rules-based inference engine. The future Semantic Web Rules Language will help at further processing this output so that you can powerfully compare RDF data coming from distinct sources (web sites). In order to be more productive in terms of fancy buzz-words, let’s say that this reverse-templating technology is some sort of a web semantizer. It produces semantically-rich data out of flat web pages.

The current version of the engine makes an extensive use of BeautifulSoup. Maybe it should have been based on a more XMLish approach instead (using XML pathes ?). But it would have implied that the HTML templates and HTML files to be processed should then have been turned into XHTML. The problem is that I would then have relied on utidylib but this library breaks too much some mal-formed HTML pages so that they are not valuable anymore.

Current known limitation : there is currently no way to properly handle some situations where you need to make the difference between two similar anchors. In some cases, two HTML elements that you want to use as distinct anchors have in fact exactly the same attributes and content. This is not a problem as long as these two anchors are always positioned at the same place in all the HTML page that you will parse. But, as soon as one of the anchors is not mandatory or it is located after a non mandatory element, the engine can get lost and either confuse the two anchors or complain that one is missing. At the moment, I don’t know how to handle this kind of situation. Example : long lists of specifications with similar names where some specifications are optional (see canon camcorders as an example : difference between lcd number of pixels and viewfinder number of pixels). The worst case scenario would be when there is a flat list of HTML paragraphs. The engine will try to identify these risks and should output some warnings in this kind of situations.


Here are the contents of the ZIP distribution of this project (distributed under the General Public License) :

  • web_parser.py : this is the web parser engine.
  • parser_dvspot.py : this is an example launch script to be used if you want to parser HTML files coming from the dvspot.com web site.
  • template_dvspot.zpt : this is the example template file corresponding to the excellent dvspot.com site
  • BeautifulSoup.py : this is MY version of BeautifulSoup. Indeed, I had to modify Leonard Richardson’s official one and I couldn’t obtain any answer from him at the moment regarding my suggested modifications. I hope he will soon answer me and maybe include my modifications in the official version or help me overcoming my temptation to fork. My modifications are based on the official 1.2 release of beautifulsoup : I added “center” as a nestable tag and added the ability to match the content of an element with the help of wildcards. You should save this BeautifulSoup.py file into the “Lib\site-packages” folder of your python installation.
  • README.html is the file you are currently reading, also published on my blog.

No comments / pas de commentaires

Thursday, March 10th, 2005

Dear reader, I sincerely apologize to you : my weblog engine may have been ignoring any of your comments for one month. Its anti-spam features was so efficient it discarded any comment posted (without even notifying the comment poster) ! Sure I was satisfied not receiving any spammy comment notification any longer ! But it seemed suspicious to me that I also had received no new normal comment since I upgraded my weblog engine… Well, now the problem is identified and fixed. Beloved reader, please come and comment again ! I NEED your feedback. I’m so sorry for that… :(

By the way, I adopted the new default layout of my upgraded weblog engine (WordPress), published the RSS feeds for every category and started publishing my blogroll. What do you think ?

Cher lecteur, je te prie d’accepter mes excuses les plus sincères : depuis un mois, mon carnet web a royalement ignoré tous tes commentaires. Sa fonction “anti-spam” était tellement efficace qu’elle a refusé tous les commentaires (sans même le signaler à l’auteur du commentaire) ! Pour sûr, j’étais très satisfait de ne plus recevoir de notification concernant des commentaires spammeux ! Mais ça m’a paru suspect de ne pas recevoir de nouveau commentaire normal depuis que j’avais upgradé mon logiciel de weblog… Bon, maintenant le problème a été identifié et résolu. Lecteur bien-aimé, s’il-te-plait, revient et fais-moi à nouveau part de tes commentaires ! J’ai BESOIN de ton feedback. Je suis vraiment navré de tout ça… :(

Au fait, j’ai adopté la présentation par défaut de la nouvelle version de mon logiciel de weblog (WordPress), j’ai publié les flux RSS de chaque rubrique du carnet et j’ai commencé à publier mon blogroll. Qu’en pensez-vous ?

P2P + Web Sémantique + Réseaux sociaux + Bureautique = ?

Wednesday, March 9th, 2005

Prenez une once de peer-to-peer, trois coudées de web sémantique, deux livres de bureautique et un denier de réseau sociaux, malaxez avec énergie et vous obtenez… le “Networked Semantic Desktop”. Ca c’est de la convergence où je ne m’y connais pas… Projet de recherche, circulez, il n’y a rien à télécharger ! Vu également ici.

Economie de communion : utiliser l’entreprise pour rendre le monde meilleur

Wednesday, March 9th, 2005

L’économie de communion est un concept issu d’un mouvement  de l’Eglise catholique appelé les Focolari. Autant les Focolari semblent avoir une saveur un peu hippie-catho/communautaire/charismatique qui peut faire peur ou rigoler, autant l’Economy of Communion (EoC) est un concept que je trouve très percutant et pertinent, notamment mis en perspective du phénomène open source avec lequel il partage de nombreux points communs du point de vue idéologique tout du moins. Il s’agit d’un concept d’autant plus percutant qu’il a déjà été adopté et mis en oeuvre au sein de plus de 700 PME en Italie, au Brésil et ailleurs.

Les ambitions de l’EoC

L’Ecole pour les Entrepreneurs de l’Economie de la Communion propose à des dirigeants d’entreprise de les aider à comprendre

comment il [leur a été] possible de [...] faire les bons choix : en étant les premiers à aimer les autres, en induisant ainsi un amour réciproque au sein de la firme, ce qui à son tour attire l’attention des cieux et l’action de notre partenaire caché et divin directement au sein de l’entreprise

Tout un programme théologico-économique ! Mais qu’est-ce qui se cache sous ce jargon catho ? Les entrepreneurs de l’EoC se donnent comme objectif de

démontrer qu’il est effectivement possible d’appliquer la communion dans l’économie et montrer ainsi que ce nouveau comportement économique est basé sur une rationnalité plus large qui anticipe un modus operandi qui deviendra inévitable dans un futur raisonnable.

D’après le professeur Bruni,

L’EoC espère transformer les structures d’entreprise de l’intérieur en réussissant à éclairer les relations internes et externes des sociétés à la lumière d’un style de vie basé sur la communion c’est-à-dire sur le ‘don réciproque’ que ce terme implique [...] Le challenge de l’EoC est de relire les pratiques organisationnelles quotidiennes à la lumière de cette notion de don et de communion.

Tout cela a vraiment l’air d’avoir quelque chose en commun avec les challenges (et l’idéologie) de l’économie open source : économie du don, pratiques communautaires, comportement et rationnalité économiques paradoxaux mais promis à un large succès… L’économie de la communion est-elle l’open source de l’Eglise catholique ?

Les difficultés auxquelles s’affronte l’EoC

Si les entreprises telles qu’on les connaît ne sont pas toujours des petits nids d’amour, c’est que

le raisonnement moral des gens [y] est coupé des réalités profondes de leurs vies, créant ainsi ce que de nombreuses personnes appellent “une vie fracturée”. C’est je pense l’une des raisons principales pour lesquelles construire des communautés authentiques au travail est si difficile. [...] Il y a une forte tentation dans l’organisation de voir toute chose professionnelle [...] comme un simple instrument d’accès aux profits ou au succès individuel. [...] L’ubiquité [de ce type de rationnalité] exclut toute forme de rationnalité morale [...] Cette rationnalité instrumentale tend à concentrer la responsabilité sociale de l’entreprise sur [...] le don de bénéfices à des pauvres [(mécénat caritatif)], le don de temps personnel à des activités caritatives, la fourniture d’avantages divers aux employés, etc. au détriment de la manière dont s’effectue réellement le travail [quotidien] telle que la manière de rémunérer les gens, de concevoir les postes de travail, les processus de prise de décision, le marketing, les structures de propriété [(d'actionnariat)], la stratégie, le gouvernement d’entreprise, etc. L’instrumentalisme ambiant empêche la transformation morale et spirituelle de la manière dont chacun appréhende son travail et sa manière de travailler.

Du point de vue théorique, les tenants de l’EoC défendent que la théorie économique entre dans le champ plus large des théories morales, que l’idée selon laquelle la rationnalité économique est guidée par l’optimisation de ses stricts intérêts par l’individu a ses limites, qu’il n’est pas théoriquement impossible qu’un système économique tout entier puisse petit à petit voir des formes de rationalité économiques paradoxales devenir monnaie courante et qu’enfin une rationalité économique basée sur la notion chrétienne de communion (ou, plus largement, sur le don réciproque) est tout à fait… rationelle. Finalement, du point de vue théorique, l’EoC essaie de renvoyer l’homo economicus à la responsabilité morale qui guide forcément ses comportements économiques.

L’EoC en pratique

Les entreprises de l’EoC pratiquent la distribution d’une partie de leurs bénéfices à des oeuvres caritatives. Mais Lorna Gold explique que

la logique de communion [qui sous-tend l'EoC] ne se limite à cette dimension de distribution. Elle concerne la manière dont on traite les clients, la structure de tarification, la gestion de crises, la gestion des débiteurs etc. Très clairement, l’efficacité globale est essentielle, mais l’approche “au cas par cas” domine et est guidée par le désir de comprendre les besoins de son prochain.

En prenant l’exemple des politiques de rémunérations, Naughton note que

les rémunérations sont génératrices d’insatisfaction et non de satisfaction. Les rémunérations en elles-mêmes ne peuvent bâtir une communauté mais peuvent empêcher une communauté. [...] [Du point de vue chrétien] le travail ne peut jamais être réduit au salaire versé. [...] Il vaut mieux éviter de parler des salaires comme un échange [économique] mais plutôt comme éléments d’une relation de travail entre employeur et employé, relation qui a en son centre une dimension de don qui peut servir à renforcer une communauté professionnelle. [Cependant, il faut bien noter que] certains postes sont conçus tellement mal, de manière tellement idiote et bureaucratique qu’il devient très difficile [pour l'employé] de pouvoir faire preuve de don dans une telle situation. [Selon l'EoC, trois principes doivent guider les décisions de rémunérations :] satisfaire les besoins des employés (salaire minimal), reconnaître leurs contributions (salaire équitable), permettre un ordre économique durable pour l’entreprise (salaire durable).

Pour Michael Naughton, cet exemple des politiques de rémunérations illustre bien du point de vue de l’EoC

l’art de la réflexion de niveau intermédiaire qui fait le lien entre la théologie de la communion et les pratiques opérationnelles et quotidiennes de l’entreprise

Leo Andringa illustre la question des relations hiérarchiques dans l’entreprise et des modèles organisationnels en évoquant le fait que

l’organisation des entreprises est un “résidu de la société féodale”. Les idées révolutionnaires de liberté et d’égalité ont influencé l’Eglise, la famille et les institutions mais [...] à l’opposé, n’ont pas touché l’essence capitaliste du système de l’entreprise. [... ] Du point de vue de la théorie de l’organisation, il est clair qu’une organisation [...] ayant une finalité unique exprimée en cibles financières (chiffre d’affaires, bénéfices, trésorerie, valeur pour l’actionnaire) peut être relativement simple et [...] très hiérarchique. [Mais] la principale motivation de l’entrepreneur EoC est de vivre la communion dans un environnement commercial. [...] Plus l’objectif d’une organisation est complexe [...] plus sa forme organisationnelle le sera.

Benedetto Gui précise que, dans l’EoC,

être un entrepreneur (ou un dirigeant ou quiconque ayant des responsabilités dans l’entreprise) est vu comme une véritable vocation : la vocation d’atteindre des valeurs élevées (et même des valeurs spirituelles) à travers l’accomplissement de tâches séculaires.

M. Andringa cite son expérience personnelle et ses relations en tant que patron avec son assistant :

Chaque fois que j’avais une décision importante à prendre pour l’entreprise, je lui faisais part de mes motivations et arguments. Il était une sorte de miroir pour moi. Lorsque je lui exposais mes arguments, je sentais immédiatement si ils tenaient ou non la route. En tant que directeur, c’était une expérience particulière que de prendre les décisions en [communion]. C’était une réalité que je vivais déjà dans ma vie privée et dans ma famille mais je la transposais pour la première fois dans la réalité de la direction d’une entreprise. [...] En pratique, on voit qu’un grand nombre d’entrepreneurs veulent confronter leurs décisions d’importance avec autrui. [...] Il est clair qu’une telle vision de l’entreprise ne peut se concrétiser sans la coopération de la majorité des actionnaires et la coopération ou la connaissance de la plus grande part des employés. Ce n’est que dans les entreprises où la communion est à tous les niveaux que ceux qui ont les rênes de l’entreprise peuvent être l’expression de la solidarité plutôt que celle de leur vision personnelle.

Le lien entre l’EoC et la responsabilité sociale des entreprises

Leo Andringa rappelle que

bien que de nombreuses multinationales ont gardé leurs oeillères fixées sur la croissance de leurs profits, nombre d’entre elles se sont impliquées dans l’augmentation de leur responsabilité sociale d’entreprise. [...] La philosophie de l’EoC ne coïncide pas avec ce que l’on appelle maintenant la “Corporate Social Responsability” : en fait l’EoC a une responsabilité environnementale “par vocation” et non pour des buts de communication, d’image ou de [réponse à une] pression sociale. [L'EoC] exige beaucoup plus. [...] Comment l’entreprise peut-elle réconcilier les intérêts de tous ceux qui dépendent d’elle : les actionnaires, les clients, les fournisseurs, la société civile ? Du point de vue [de l'EoC] il n’y a pas de réponse théorique à ce problème. Lorsqu’il est impossible de résoudre ce problème méthodologique à un niveau matériel, une solution est à trouver à un autre niveau [(spirituel, moral)].

Les atouts des entreprises EoC

Benedetto Gui explique que

les préoccupations [éthiques] des entreprises EoC font peser une charge additionnelle sur les dirigeants qui se sentent dans l’obligation implicite de garantir à leurs employés non seulement de bons emplois mais également des occasions de développer des relations interpersonnelles positives et de s’engager dans leurs activités professionnelles en accord avec leurs valeurs morales. Cependant, il y a un avantage à cet inconvénient : celui d’un surplus de motivation et de mobilisation de ressources volontaires. C’est grâce à ce phénomène que de nombreuses entreprises EoC survivent ou même connaissent le succès, malgré le “handicap” que représente leur adhésion à des principes de comportements telles que le respect de l’environnement, de la loi, etc.

Un témoignage dans le magazine de l’EoC illustre ce phénomène : Marcelle, responsable d’une toute petite exploitation agricole en Côte d’Ivoire, raconte sa surprise lorsqu’elle a constaté que ses ouvriers venaient prendre soin des plantations pendant leurs congés ou lorsque les événements politiques l’ont éloignée de son exploitation…

Avez-vous déjà repéré des sociétés françaises pratiquant l’économie de la communion ?

Jointure d’identité et réseaux sociaux

Wednesday, March 9th, 2005

IBM a récemment acquis SRD, éditeur d’un logiciel qui met en correspondance :

  • diverses descriptions informatiques d’un même individu (jointure avancée d’identités),
  • les relations établies entre individus d’après leurs points communs (établissements de réseaux sociaux)

Bref, un logiciel tout à fait adéquat pour qui veut se constituer la parfaite panoplie du petit big brother.
Cette technologie semble un peu similaire aux méta-annuaires qui se sont spécialisés dans la jointure simple d’identités électroniques. Mais elle semble trouver ses principales applications dans le domaine du data mining pour le marketing et la CRM, dans l’analyse du risque crédit et dans le renseignement d’Etat et la sécurité privée. Elle me fait penser à Semagix qui, tout en ciblant des champs d’application similaires (CRM, détection d’opérations financières frauduleuses et déconstruction de réseaux sociaux mafieux), mise sur une approche “web sémantique”.
Il serait sans doute intéressant de savoir sur quelle approche technologique s’appuie SRD et si cette techno est suffisamment robuste, fiable et automatisée pour apporter des éléments de solution dans des problématiques très opérationnelles de gestion des identités électroniques.

Quels gadgets pour 2010 ?

Tuesday, March 8th, 2005

Des auto-collants wifi pour retrouver vos clefs grâce à votre google domestique, une lame de rasoir inusable, un robot domestique abonné à Internet, un téléphone portable qui projette des films sur un mur, la télé en 3D, un club de sport informatisé et… le tant attendu papier électronique… voici les gadgets que nous réservent pour 2010 les grosses boîtes high-tech.

Mesurer la qualité du Web tout en surfant

Thursday, March 3rd, 2005

La conformité aux standards ouverts définis dans le cadre du W3C est un élément important dans la qualité du Web tel qu’on le connaît. Pour ceux d’entre vous qui sont développeurs Web et souhaitent vérifier la conformité des pages qu’ils consultent, rien de plus simple : avec l’extension HTML Validator de Firefox, une petite icône en bas de Firefox vous indique si la page pose ou non problème. Mieux encore, l’extension vous indique comment corriger le problème si vous pouvez modifier cette page !